Le Prince Fou (tome 1), par Guy Boulianne

Le Prince Fou (tome 1)ISBN : 978-1-77076-594-8
Format : 152 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Voici le premier d’une série d’ouvrages relatant des faits historiques souvent oubliés ou méconnus du grand public, des faits historiques qui se rattachent à des noms, à des dates, à des événements et à un symbolisme pouvant difficilement être réfutés. Comme dit le proverbe : « La force de vie sacrée, invisible et puissante, contient la mémoire du passé et la vision du futur. Elle permet à la création de se manifester dans la matière ici et maintenant ». Depuis des années, Guy Boulianne scrute la mémoire collective et la mémoire de son être, afin de restituer une vérité enfouie au plus profond de lui-même et au plus profond des souvenirs humains. Chapitre après chapitre – tel un journal intime – il conduit le lecteur dans sa Quête du Graal et lui donne les clés pour une meilleure compréhension du monde passé, actuel et à venir. Avec lui, l’histoire secrète de la France refait surface et se transporte sur cette terre d’accueil qu’est la Nouvelle-France.

Au fil des pages, l’auteur restitue toujours un peu plus l’histoire de sa famille qui trouve son origine dans les temps les plus reculés et qui remonte au Prince Ursus, descendant du roi mérovingien Dagobert II, de la princesse wisigothe Gisèle de Rhedae et de l’exilarque Makhir ben Habibaï, représentant du puissant judaïsme babylonien. Cette marque de noblesse est inscrite sur le blason familial : « d’azur à une patte d’ours d’or, mise en bande ». Tel Arthur sur son dextrier, l’épée Excalibur en main, Guy Boulianne pourfend les dragons – gardiens des trésors – et partage avec vous la substantifique moelle de ses recherches.

« L’histoire est le témoin des temps, la lumière
de la vérité, la vie de la mémoire, l’institutrice
de la vie, la messagère de l’antiquité. »
– Cicéron, homme d’état et philosophe

PRÉFACE DE JARL ALÉ DE BASSEVILLE :

Comment décrire l’éditeur et écrivain Guy Boulianne… mais surtout l’incroyable poète soucieux d’une vérité portant sur le souci de cette francophonie québécoise, de par ce parcours chargé d’histoire qui ne cesse de hanter nos fantasmes ?

Guy Boulianne revient sur la vision de l’oriflamme qui, partagé entre les croisades et les guerres saintes, a divisé l’Europe d’une seule et même famille. Reprenant les codes des Ordres – de la chevalerie aux descendants maçonniques – il évoque tour à tour ces princes qui auront fait de notre histoire une telle complexité qu’une seule vérité ne peut être authentique aujourd’hui… à moins que l’on découvre les reliques du Saint Siège.

N’y a-t-il pas, au-delà des religions, des sources cachées de notre existence et un savoir des peuples qui nous ont donné vie ? N’est-ce pas le sens même de ce que Guy Boulianne essaie de nous faire comprendre : que l’humain se croyant fort et seul sur terre, n’est pas venu là par hasard, et que les religions n’ont été qu’un souffle d’images d’enfants transmis à des novices qui ne pouvaient entendre la réalité d’un espace bien plus grand qu’eux.

Le combat d’une famille n’est-il pas le sang de la liberté et ce sens même de l’existence qui fait de nous de grands hommes, faits pour purifier la croyance de l’Être suprême ? Le retour à l’ordre n’est-il pas nécessaire dans un monde où toutes les valeurs sont bafouées et où nous avons oublié jusqu’à nos propres traditions, au point de ne plus savoir d’où nous venons, et nous refléter uniquement dans l’opportunisme d’une marque à la mode.

Reprendre le combat de jadis pour sauvegarder notre terre et vivre selon nos convictions, et ceci pour sauver notre patrimoine. Ne pas avoir peur de qui a fait le bien ou le mal, car dans toute chose cet affront se répartit d’une manière claire, pour ne faire qu’un et se modifier par lui-même. La crise est une étape, non pas pour créer une dépression de névrosés, mais pour vivre un combat de créatifs voulant se faire valoir pour leurs idées et engendrer – depuis le début – l’Humanité Universelle.

Jarl Alé de Basseville
Royaume de Normandie en Exil
www.kingdomofnormandy.com

À PROPOS DE L’AUTEUR :

GuyBoulianneNé en 1962, Guy Boulianne débute sa carrière artistique en 1983, en publiant son premier recueil de poésie intitulé « Avant-propos d’un prince fou », suivi quatre ans après d’un deuxième recueil intitulé « La bataille des saints ». La même année, il devient l’un des responsables des deux galeries d’art Lézart et Frère Jérôme, et en 1989 propriétaire de la galerie d’art Imagine, à Montréal.

En 1997, il fonde en France le Conseil Franco-Québécois de la Culture qui a pour objectif de développer les échanges culturels entre la France et le Québec. Huit ans plus tard, Guy Boulianne devient pendant plus de trois ans l’éditeur en chef des éditions Mille Poètes, avant de fonder sa propre maison, les Éditions Dédicaces, en 2009.

On le retrouve aussi, au début de sa carrière, comme administrateur au Regroupement des Auteurs-Éditeurs Autonomes et comme concepteur et réalisateur de deux émissions télévisées chez Vidéotron (Écriture d’ici et Plume et pinceau). En 2010, il remporte le Diplôme d’honneur de la francophonie au Concours Europoésie UNICEF, en France. Le nom de Guy Boulianne figure d’ailleurs dans le « Dictionnaire des poètes d’ici – de 1606 à nos jours », paru aux éditions Guérin (Québec, 2005).

Guy Boulianne est le fondateur du Royaume de Nova Francia, une micronation située sur les terres jadis colonisées par la Société des vingt-et-un, et dont faisait partie son ancêtre direct, Louis Boulianne (1837-1842).

PRIX : 15.75 $CA

La femme idolâtre, par Roger Pereira

femme-idolatre_FrontISBN : 978-1-77076-592-4
Format : 204 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Le roman met en scène une série de personnages dont la narration, bien que particulière, s’entrecroise et se recoupe. L’amour, la solitude, la passion, la souffrance, la révolte?; leurs déconvenues, leur degré de résistance — quoique différents — résument à des niveaux divers leur existence. Une existence où la vie et la mort se côtoient et expriment sous différents angles la condition humaine. Des bonheurs piégés par le malheur. Des efforts de reconstruction pas toujours réussis.

Le sentiment d’un exil suffisamment cruel pour faire de l’ombre de la mort une délivrance. Et puis, le mélange indissociable, pas toujours conciliable, du rêve et de la réalité, de la raison et de la foi, de ce que proposent les doctrines religieuses et que désapprouve l’esprit critique. Un mélange d’attraits pour certains?; de répulsion pour d’autres.

Bref, une imbrication d’éléments qui procurent à toute existence humaine son relief et sa fragilité.

À PROPOS DE L’AUTEUR :

Après de longues années d’étude en philosophie, en théologie, en histoire et en sciences de l’éducation, Roger Pereira s’est consacré à l’enseignement en Haïti, en France, au Zaïre, au Maroc, et au Canada. Il est l’auteur des trois livres intitulés : « Les galops de dune » (éditions Naaman, Québec, 1977), « Religion et spiritualité » (Fondation littéraire Fleur de Lys, Québec, 2011), et « Les chemins de l’absence » (Fondation littéraire Fleur de Lys, Québec, 2012).

PRIX : 19.65 $CA

2 68 07, par Ludovic Lefebvre

2-68-07_FrontISBN : 978-1-77076-590-0
Format : 92 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

2 68 07 est un court roman qui à travers l’évolution d’un couple montre les travers d’une société du futur où la marchandisation est devenue la seule foi et loi du monde. Ce dernier se découpe socialement en trois classes : les privilégiés qui portent encore un nom et bénéficient de toutes les largesses ; les consommateurs identifiés par leur numéro de sécurité sociale abrutis de travail et de consommation à la condition précaire qui sont oppressés et tenus en permanence sous contrôle par la technologie et la police de la pensée ; les exclus sans noms, ni matricules dont l’espérance de vie se résume à rien, qui n’ont aucun droit et se nourrissent de détritus au milieu des rats et de la violence.

2 68 07 est une femme d’une classe professionnelle basse puisqu’elle est chirurgien urgentiste, son mari est bien plus élevé puisqu’il est vendeur de publicité par téléphone, leur enfant tyrannique use des lois pour leur faire mener une existence encore plus pénible au fil de ses caprices de fils unique trop gâté selon le désir du marché.  Une soudaine passion amoureuse dans ce couple endormi par le surcroît de travail et la malbouffe ainsi qu’une fessée à l’insupportable fils vont engendrer une transformation radicale dans cette famille typique pour finir par la pousser à la fronde, l’envie de liberté, c’est alors qu’un système répressif sur fond d’opprobe, de menace de déclassement au rang d’exclus va se mettre en branle…

À PROPOS DE L’AUTEUR :

Ayant une formation de journalisme presse écrite et multimédias, de lettres modernes option philosophie, interuniversitaire de langues (anglais) de commerce (force de vente), Ludovic Lefebvre qui publie ses ouvrages sous ce nom ou celui de Louis Chaumont se définit comme un peintre avec des mots.

La journée, il gagne sa vie en promenant les touristes et les amoureux dans Paris sur un tuk tuk électrique. Le soir venu, il rejoint la femme qu’il aime et écrit sa littérature. Il voit la littérature comme une description stylée de l’intime qu’il peut décliner sous forme de roman, de nouvelle, de poésie, de pièce de théâtre ou d’un simple aphorisme. Contemporain d’une ère où la censure s’émet sous forme de silence médiatique, d’étouffement par la précarité ou la diabolisation, il s’attache pourtant à porter une critique la plus objective possible sur la société dans laquelle il évolue. Comme à chaque époque, il fait partie d’écrivains qui portent critique à leur temps.

PRIX : 17.95 $CA

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 11 351 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :