Archives de Catégorie: – Politique

Haïti, ce pays de contrastes, par Esau Jean-Baptiste et Jesula Prophète

Haiti-contrastes_FrontISBN : 978-1-77076-579-5
Format : 272 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

« Haïti, ce pays de contrastes » est une compilation de textes publiés durant les dix dernières années écoulées dans les colonnes du quotidien Le Nouvelliste et du journal Le Matin. Ces articles rédigés par Me. Jesula Prophète et le professeur Esau Jean-Baptiste traitent de l’instabilité politique d’Haïti, de la crise économique et de la mutation de la société haïtienne.

Les sujets auxquels on s’intéresse sont les mêmes qui hantent l’esprit de nombreux citoyens en quête d’un mieux être, d’un nouveau souffle, d’un nouveau départ. Ces publications portant sur des aspects du vécu social de certaines catégories de la population permettent d’exposer la complexité des défis à relever par ceux qui nous gouvernent, mais aussi par tout un chacun, indépendamment de son champs d’activité, de sa formation académique ou encore de son rang social.

Jesula Prophète est journaliste et productrice d’émissions de radio. Elle a débuté sa carrière de journaliste à Radio Kiskeya. Elle a travaillé pour le compte de Telemax, Ticket Magazine, Le Nouvelliste et le magazine Anayizz. Elle a aussi offert ses services au bureau de communication de la Mission des Nations-Unies en Haïti (MINUSTAH) et à Panos Caraïbes. Versée dans la problématique du genre, elle a animé plusieurs séminaires de formation à l’intention de quelques organisations de femmes et des organisations communautaires regroupant des jeunes à Port-au-Prince. Présentement (Janvier 2016), Mme Prophète boucle un programme de maitrise à Queens College (New York, États-Unis).

Quant à Esau Jean-Baptiste, il est professeur de sciences politique dans des universités privées et publiques en Haïti. Il a une maîtrise en Administration Urbaine de l’université de Brooklyn College, New York (États-Unis). Il est aussi l’auteur de plusieurs livres: « The rise, the fall and the failing of JB Aristide » (Publish America, 2006), « Les élections présidentielles des États-Unis » (L’Harmattan, 2014) et « Haïti 7 février 1986 – 7 février 2015. Vingt-neuf ans d’échec démocratique » (Éditions Dédicaces, 2015).

PRIX : 20.65 $CA

Mon Devoir (Tome 1), par Jarl Alé de Basseville

Mon-Devoir-Tome-01_FrontISBN : 978-1-77076-566-5
Format : 192 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Ce livre est un manifeste écrit par Jarl Alé de Basseville, descendant du roi Harald 1er de Norvège et de Robert de Basseville de Normandie. Il y parle de son enfance, de son éducation et de son parcours qui lui ont permis d’avoir cette vision de la politique, de la géopolitique, de l’économie et de la société. Grâce à un patrimoine historique familial qui lui a été transmis de génération en génération, sa vision, à la fois bien à lui, est également au coeur des préoccupations sociales actuelles.

Jarl Alé de Basseville a donc décidé d’écrire et d’exposer, non seulement les buts de son mouvement, mais encore sa genèse. De plus, il a ainsi l’occasion de créer sa propre formation. L’auteur est certain que cela peut servir à la destruction de la légende bâtie autour de sa personne par la presse.

Jarl Alé de Basseville s’adresse ici à ces tribus vikings, celtiques, gothiques de son mouvement qui cherchent maintenant une explication plus approfondie sur leurs traditions, leurs identités et leurs cultures. Le prince de Normandie n’ignore point que c’est par la parole beaucoup plus que par des livres que l’on gagne les hommes : tous les grands mouvements de l’Histoire sont dû bien plus aux orateurs qu’aux écrivains, même si les idéologies en sont nées. Il n’en est pas moins vrai qu’une doctrine ne peut sauvegarder son unité et son uniformité que si elle a été fixée par écrit, une fois pour toutes.

PRIX : 19.45 $CA

À PROPOS DE L’AUTEUR :

Ale de Basseville portraitkl 1Jarl Alé de Basseville – descendant du roi Harald 1er de Norvège et de Robert de Basseville de Normandie – est né à Bordeaux le 8 juillet 1970, fief d’Aliénor d’Aquitaine. Il est l’un des derniers descendants directs de la grande lignée des rois Viking et Normands.

Passionné d’arts, c’est à l’âge de 15 ans qu’il décide de rejoindre celui qui a révolutionné l’art contemporain. C’est alors qu’il apprend les bases du pop art, grâce à la photographie, à la peinture, à la filmographie ou à la sculpture sous les conseils avisés d’Andy Warhol, jusqu’à l’âge de 17 ans, où il s’envole pour Milan.

C’est à l’école d’art de Milan qu’il fera la rencontre de celui qui est aujourd’hui considéré comme le dernier surréaliste : Lucchi Renato Chiesa. Ses premières expositions de peinture, organisées par un grand agent New-Yorkais, feront sa renommée mondiale à l’âge de 18 ans. Ces différentes expériences lui permirent d’être reconnu entre autres par le Metropolitan Museum de New York et les experts du monde de l’art. Ses photos deviennent pour certaines mythiques dans les magazines de mode et de tendances, faisant de lui une des coqueluches mondiales.

Après avoir partagé l’univers de la couture avec sa grand-mère, une des dirigeantes d’une grande enseigne française, c’est avec Claude Montana qu’il découvre un attrait tout particulier à la haute couture. Il expérimentera notamment la peinture sur cuir. Jarl Alé peaufinera cette méthode jusqu’à l’extrême en réalisant des sculptures sur tissu. Il développera par la suite cette sensibilité entre ces deux univers en observant l’émergence du rôle de directeur artistique et de création. Il navigue alors entre tendances et contrôle des collections au sein de plusieurs grands groupes français et internationaux.

Il part à Los Angeles au début des années 2000 dans l’optique de créer son propre studio photo et d’assumer pleinement son rôle de directeur artistique. Il y fait notamment la rencontre d’une femme audacieuse, Rosanna Arquette, avec qui il co-produit le film « Searching for Debra Winger ». Une amitié sans frontières nait entre ces deux personnes qui se considèrent aujourd’hui comme frères et sœurs d’âme.

Il fait aussi la rencontre de stars hollywoodiennes telles que Jane Fonda, Laura Dern, Salma Hayek, Tom Cruise, Val Kilmer, Brad Pitt etc… Ainsi qu’au sein du milieu musical où il fait la rencontre des Guns & Roses, Michael jackson, Korn, Marilyn Manson, Christina Aguilera, Pink, etc…

Le monde associatif fait partie intégrante de sa vie. Jarl Alé a été emporté par le discours d’Elizabeth Taylor et s’est, dès l’âge de 19 ans, engagé dans la lutte contre le SIDA en faisant des happenings peinture destinés à représenter la violence de la maladie (AIDS) et à récolter des fonds. Sa mobilisation continue aujourd’hui autour d’une autre cause non moins importante : offrir travail et éducation aux jeunes filles et femmes de certains pays en voie de développement ; la fondation WOMANITY est représentée par Mr. Yann Borgstedt.

Il est aujourd’hui décidé à s’engager politiquement dans son pays, la France, au sein d’une Europe de culture et de traditions dont il se veut tous les jours l’un des représentants par son charisme et ses allures Viking. Touché par une maladie génétique, il est handicapé et comprend le besoin de lutter pour l’aménagement des infrastructures et le regard des autres à travers la politique.

Haïti 7 février 1986 – 7 février 2015, par Esau Jean-Baptiste

ISBN : 978-1-77076-514-6
Format : 520 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Au départ du Président á vie Jean-Claude Duvalier le 7 février 1986, le peuple avait eu confiance dans le processus de transition démocratique en Haïti. Or, vingt-neuf ans après, la déception est donc énorme. Force est de constater que le pays reste à la case de départ. La démocratie continue encore à chercher sa voie en Haïti. Est-ce la transition continue qui fait d’Haïti un ?tat en faillite ou son État de défaillance qui permet à cette transition de n’en plus finir ?

La transition démocratique de l’après 1986 a donné suite à une série de gouvernements éphémères, de coups d’état, d’assassinats politiques, des forces d’intervention étrangères et, des élections controversées. De ces élections sont issus des élus à tous les niveaux de la vie politique qui, malheureusement, n’ont apporté aucun soulagement aux maux qui rongent le pays, si ce n’est des opportunistes et des avares du pouvoir.

Ainsi, les différents gouvernements qui se sont succedés de 1986 á 2015 ont tous, piteusement, échoués. Ils le sont du fait qu’ils sont incapable de comprendre que le soulèvement qui a conduit au départ du dictateur le 7 février 1986 était beaucoup plus profond qu’un simple changement de gouvernement. Dans leurs revendications, les masses défavorisées étaient dans les rues pour réclamer d’un leader moderne, avec de grandes visions, un nouveau contrat social. En un mot, le peuple se voulait d’un leader capable de comprendre leurs aspirations politiques, économiques et sociales. Alors que aujourd’hui encore « la plus grande confusion perdure et les problèmes d’Haïti deviennent plus complexes et plus difficiles que lors du départ de Jean-Claude Duvalier ».

À PROPOS DE L’AUTEUR :

Esau Jean-Baptiste est professeur de sciences politique dans des univiversités privées et publiques d’Haïti. Il possède une licence en Sciences Politique suivi d’un master en Administration Urbaine de l’université Brooklyn College, à New York (États-Unis). Il est aussi l’auteur du livre « The Rise, the Fall, and the Failing of J.B. Aristide », publié en 2006 et du livre « Les élections présidentielles aux États-Unis », publié en juin 2014.

PRIX : 24.35 $CA

PAYEZ AVEC LES BITCOINS

%d blogueurs aiment cette page :