Archives de Catégorie: – Témoignage

L’enfant traumatisé, par Salah Taibi

enfant-traumatise_FrontISBN : 978-1-77076-581-8
Format : 224 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Ce livre raconte l’histoire d’un enfant terrorisé dans son enfance par la politique du déni de sa langue, une histoire inspirée de faits réels. C’est le témoignage sur la discrimination durant le pouvoir totalitaire du président Boumediene1, un pouvoir usurpé après un coup d’état militaire. Ce président s’était acharné sur une frange de la population en la soumettant à l’autre, lui déniant le droit à sa langue ancestrale, le droit de l’étudier ou de l’enseigner et le droit de porter des noms de leurs ancêtres. Il avait imposé une constitution les réduisant à l’état de servitude dans leur pays d’origine.

À travers ce récit, cet enfant dénonce l’injustice et cherche à comprendre les raisons qui ont amené ce président, pourtant un des siens, à vouloir les réduire au silence. Il nous parle de la pauvreté, de la vie infernale et des malheurs qui touchaient sa famille, de la discrimination de tous les jours et de l’endoctrinement par la langue imposée. Par ses questionnements, il essayait de connaître la vérité sur celui qu’il considérait comme responsable de leur souffrance.

Il nous parle de certaines situations avec beaucoup de dérisions, des situations encombrantes, gênantes et dérangeantes qui pourrissaient leur vie de tous les jours. Avec des mots simples, il nous décrit les tracasseries vécues par les pauvres et leur marginalisation dans un pays socialiste, les moyens qu’ils utilisaient pour subvenir à leurs besoins. Il passe en revue les relations sociales entre les membres de sa famille et nous parle du manque de compassion des uns envers les autres.

À PROPOS DE L’AUTEUR :

L’auteur possède une double formation universitaire, scientifique et linguistique. Il a enseigné à l’université durant treize années. Aujourd’hui, il travaille dans le monde des nouvelles technologies, la fibre optique, les télécommunications, l’électronique et l’audio-visuel. Son engouement pour la littérature et l’histoire l’a poussé à s’essayer avec ce premier roman tiré de faits réels « L’enfant traumatisé ».

PRIX : 20.65 $CA

Publicités

Tombées en amour… pour la douleur, par Daniela Asaro Romanoff

ISBN : 978-1-77076-504-7
Format : 96 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

L’équilibre, déjà difficile, des sentiments amoureux entre l’homme et la femme, est aujourd’hui attaqué par des « pseudo-religions ».

Une femme éduquée, qui a essayé de rappeler à son « ami » l’importance de la beauté intérieure de la femme, l’intelligence… eh bien, il fit semblant d’être offensé… et quand elle est allée à sa rencontre pour parler, apportant également des cadeaux, les policiers ont été appelés… La police a dit à la femme : « Si vous revenez en face de la maison (espace public), vous serez mise en prison ».

Tout cela s’est passé le 28 février 2015, dans une petite ville d’une nation civilisée. Il pleuvait, il y avait un vent froid et soutenu et un être humain a été maltraité à cause de ses sentiments envers une personne liée à une « pseudo-religion ». Nous devons prendre note que certaines puissances veulent détruire l’amour entre l’homme et la femme. Détruisant le mariage et la famille, la société tout entière est détruite.

Le livre est destiné à exprimer la souffrance de beaucoup de femmes dans les relations avec les hommes. Les récits sont inspirés par la réalité. La prose  est également poétique, parce que la poésie est absente dans notre société. Le matérialisme avance, la spiritualité et les sentiments sont opprimés. Avec ce livre, on voudrait qu’il soit clair que, même si l’amour fait mal, il faut toujours gagner. L’homme et la femme ont le droit d’avoir leur propre identité.

À PROPOS DE L’AUTEURE :

Daniela Asaro Romanoff est une auteure et journaliste prolifique qui défend les valeurs du sport et de l’honnêteté historique. Elle a d’ailleurs écrit des livres à ce sujet, en italien, en espagnol et en français. La question cubaine est également présente au sein de ses écrits. Daniela Asaro Romanoff réalise aussi des peintures et des sculptures qui sont toujours en lien avec le sport et la physique. Elle a dédié à Ayrton Senna, qu’elle a connu, un buste. Derrière cette auteure se cache une physicienne, responsable d’un laboratoire de physique.

PRIX : 18.00 $CA

PAYEZ AVEC LES BITCOINS

Je veux qu’on sache !, par Julien Vertier

ISBN : 978-1-77076-154-4
Format : 628 pages, 6.0 x 9.0 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Histoire vraie d’un combat au-delà de tout et sans fin. Eté 2008. JV, ex-baroudeur rompu à repousser ses limites, se lance dans la tentative de raconter l’inimaginable massacre humain dont il a été et reste victime à Paris.

Déjà victime d’un accident suivi d’une hospitalisation catastrophe en 2001, il s’était presque reconstruit sans moyens en cinq années d’efforts sans répit. Alors qu’il se voyait sortir enfin totalement de l’enfer grâce à une thérapie asiatique, il va se retrouver victime, chez lui, de trépidations électriques et bruits qui vont prendre des proportions meurtrières. Sans argent, isolé, contraint à faire avec les services publics, il va rencontrer l’incurie de ces services et des fautes scandaleuses. Malgré des attestations (dont médicales) il va être abandonné à subir un calvaire de sept à huit mois qui va lui faire repousser toutes ses limites, broyer tout son organisme et l’amener à voir la mort. Survivant miraculeusement, complètement détruit, il va devoir subir, malgré un classement en invalidité lourde, de nouveaux effets agressifs sur un corps marqué au plus profond ; services publics et de justice se montrant lamentables. Un processus catastrophe va naître, anéantissant sa première reconstruction, celle qu’il tente de faire mais aussi sa famille. JV va s’accrocher à tout (prières incluses) pour finir son récit.

C’est un témoignage au premier degré auquel nous convie l’auteur. Il nous plonge dans son quotidien à travers un récit proche du journal. Le récit alterne entre la narration de son histoire et le quotidien de narration – qui nous fait sentir les conditions dans lesquelles il est obligé de rédiger alors que la tragédie se prolonge et qu’il s’emploie à recouvrer des capacités intellectuelles brisées tout en écrivant. JV nous fait partager les moyens de repousser les limites des forces et de la maîtrise ; nous amène à sentir les émotions, les souffrances, à entrer dans la mort et… après. Cela, tout en conviant le lecteur à des analyses que personne ne fera sans doute jamais, mais aussi à des notes d’humour.

LIRE UN EXTRAIT ­­­­>>>>

PRIX : 32.00 $CA

Disponible au format numérique – 12.00 $ >>>>

%d blogueurs aiment cette page :