Archives du blog

Femme, par Angel R. Almagro

ISBN : 978-1-77076-740-9
Format : 96 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Selon Abraham Maslow dans “Une Théorie de la Motivation Humaine” (1943), il y a des besoins physiologiques qui sont des conditions nécessaires pour vivre sans troubles, dont l’aliment, l’air, la boisson, l’abri, le vêtement, la chaleur, le sexe et dormir.

Donc, le sexe n’est pas un tabou! C’est plutôt l’élan et le soutien de l’humanité, en plus qu’il soulage l’esprit de l’homme en transe sexuel en évitant ainsi qu’il ait des troubles émotifs et de conduites sociales indésirables, tels que le rapt et l’abus sexuel quand ses pulsions sexuelles émergent farouches et sans contrôle.

Le Créateur, qui savait à quoi on aurait affaire en ce qui concernait la psyché de l’homme, fit créer l’antidote pour prévenir que ses pulsions sexuelles aboutissent dans la sauvagerie. Ce fut la femme qui maîtrisa son désir sexuel fou, bien que parfois elle n’en jouisse guère.

Le livre “Femme” est une reconnaissance en poésie à la demoiselle qui, étant la partenaire de la procréation, vient calmer l’appétit sexuel du mâle lequel se tient primitif et sauvage sans contrôle. Et soit-elle la femme de l’homme ou une belle-de-nuit, je l’en remercie!

À PROPOS DE L’AUTEUR :

Né à Cuba en 1944 où il vécut jusqu’en 2001, Angel R. Almagro n’avait jamais pu faire connaître son message poétique à cause du régime marxiste qui régit son pays et par des faux prêtres qui avaient essayé de détruire sa création littéraire. Il quitta alors son pays pour atteindre les Etats-Unis. Il souhaite que les gens considérent ses poèmes et son œuvre toute entière « comme une fontaine de prophéties, parce qu’il est déjà temps de croire les vrais poètes comme messagers spirituels à travers qui on peut apprendre que notre monde a vraiment besoin de rénovation. »

Angel R. Almagro a publié un premier recueil de poésie, « AMEN ou L’Enfant et La Bête », aux Editions Dédicaces.

PRIX : 18.00 $CA

Publicités

AMEN ou L’Enfant et La Bête, par Angel R. Almagro

ISBN : 978-1-77076-237-4
Format : 88 pages, 6.0 x 9.0 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Dans une œuvre poétique, le lecteur peut trouver comment un auteur emploie des moyens stylistiques pour parvenir à donner esthétiquement un message en quelques lignes. Or, ce message pourrait apporter des traits mystiques à l’insu du poète. Outre de l’esthétique, il y a aussi de la mysticité dans l’œuvre littéraire, notamment dans la trilogie AMEN, AMEN I et AMEN II. Cette mysticité, laquelle inclue aussi le pouvoir de la prophétie implicite dans le poème Ville Jaunie que l’auteur a écrit à la fin du XXème siècle est latente, est un trait de l’œuvre « L’Enfant et la Bête ».

La comédie « L’Enfant et la Bête » est le poème fondamental du premier livre AMEN, qui comprend aussi les poèmes Miséricorde, Les Trésors Cubains, Les Villes Fanées et d’autres. Cette comédie illustre la triste mésaventure d’un homme châtié à vivre comme un gorille. L’enfant prodige savait qu’il s’agissait d’un homme qui souffrait proscrit dans une cage loin des siens, qu’il avait, hélas, méprisés. Il n’y a que trois personnages dans l’épisode: l’enfant, la bête et la belle inconnue.

On s’y familiarise avec des éléments de la culture afro-cubaine Yoruba, qui fait partie indissoluble de l’idiosyncrasie cubaine. Et cette culture provenant de l’Afrique notamment nigérienne lors l’établissement de l’esclavage dans l’Amérique insulaire et faisant syncrétisme avec la culture ibérique, y compris la religion catholique, influence la pensée et la conduite des cubains noirs, blancs et mulâtres, dans le milieu socioculturel cubain. C’est justement cette culture Yoruba qui fait que le racisme ne soit pas un conflit social à Cuba. Cette assimilation socioculturelle est aussi implicite dans la comédie « L’Enfant et la Bête » par la Pierre de Yemaya, talisman de la chance.

La prosodie de la comédie « L’Enfant et la Bête » n’a pas la rigidité qu’on trouve parfois dans les écrits en vers, par son argument et sa fantaisie qui permettent que le conflit aboutisse d’une façon cohérente et graduelle à une prise de conscience désirée, parallèlement avec la rupture du maléfice punissant un homme à agir comme une bête dans son calvaire, malgré un cours passage d’érotisme qui vient adoucir son chagrin.

PRIX : 19.45 $CA

%d blogueurs aiment cette page :