Archives du blog

Notre vie à trois, par Colline Hoarau

ISBN : 978-1-77076-552-8
Format : 104 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Regards croisés d’un patient et d’une impatiente en lien avec la maladie de Parkinson. C’est une vraie histoire ancrée dans une réalité ni drôle, ni éplorée. Elle est, tout simplement, sans artifice, comme l’authenticité de la vie. Vous serez embarqué dans ce dialogue, l’un faisant écho à l’une.

Ce texte est poétique et entraînant sans nous essouffler. Les mots semblent propulsés pour dire justement ce qu’il faut et rien de plus. Vous n’échapperez pas à la formidable leçon de vie offerte à chacun. Car rien ne sert de geindre, il suffit d’agir et d’avancer.

Ce second roman de Colline Hoarau est un hymne à la vie.

On en sort grandi, voire embelli.

À PROPOS DE L’AUTEUR :

Née en 1966 à l’île de la Réunion, Colline Hoarau a vécu entre son île natale à laquelle elle est très attachée et la métropole. Toute son existence a été marquée par les livres. Installée en Bretagne, région lui rappelant ses racines, depuis quelques années avec son compagnon, elle a appris la langue pour mieux comprendre la culture. En 2014, son premier roman édité « L’adieu à Lila » ne passe pas inaperçu. Il est inspiré par ce département d’Outre-Mer des années 70. Nous retrouvons la même sensibilité dans « Notre vie à trois », un ouvrage évoquant un sujet difficile, la maladie de Parkinson.

PRIX : 18.15 $CA

PAYEZ AVEC LES BITCOINS

Pétales de vie, par Opaline Allandet

ISBN : 978-1-77076-477-4
Format : 192 pages, 6 x 9 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Ce recueil décrit la vie de la jeunesse jusqu’au décès en la comparant à une fleur qui a sept pétales. Les deux premiers pétales se rapportent à la jeunesse, donc au printemps : les poèmes sont « clairs ». Les troisième et quatrième pétales se rapportent à l’âge adulte, donc à l’été. Le cinquième pétale correspond à l’automne de la vie : ils sont teintés de gris. Le sixième pétale correspond à l’hiver de la vie, la vieillesse : les poèmes deviennent « noirs ». Et le septième pétale débouche sur une autre vie, inconnue, mais différente, qui rejoint le premier pétale : les poèmes redeviennent « clairs » et la boucle est bouclée, comme dans la nature qui se renouvelle et forme un cycle à chaque année.

C’est la philosophie personnelle de Opaline Allandet.

À PROPOS DE L’AUTEUR :

Amoureuse de la nature et passionnée de littérature, Opaline Allandet écrit des poèmes depuis 2003. Ses recueils ont été publiés aux Éditions Dédicaces. L’auteur a exercé en temps qu’assistante sociale au Centre Hospitalier Universitaire de Besançon, puis elle s’est arrêtée en 2003 pour écrire. Passionnée également par l’Histoire de France, elle a écrit sept romans inscrits dans un contexte historique réel, dont « Godefroy-le-Cruel ». Elle a aussi écrit deux romans policiers.

PRIX : 22.60 $CA

PAYEZ AVEC LES BITCOINS

La barque de Vie. Mémoires de l’Alzheïmer, par Rémy Berriot

ISBN : 978-1-77076-463-7
Format : 52 pages, 6 x 9 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

La barque de vie est un formidable espoir de l’Humanité face à un des plus grands fléaux de notre époque qu’est la maladie d’Alzheimer. Travailler auprès de ces personnes âgées atteintes de cette maladie exige une grande souplesse psychique et physique. C’est une véritable entreprise éthologique au sens humaniste du terme pour aborder une des plus difficiles facettes de la compréhension de l’Homme : « Je t’accompagne tel que tu es, avec tes capacités au jour le jour ».

L’Homme en démence est, contrairement à l’Homme en souffrance, protégé par sa propre maladie. Il se réfugie dans un monde parallèle où l’entreprise d’empathie de l’aidant, c’est-à-dire la capacité de se décentrer de ses propres normes, de ses propres schèmes pour rejoindre la réalité de l’autre, est mise à rude épreuve : « On ne sait quasiment rien de l’autre … ». Ecrire de la poésie sur la maladie d’Alzheimer permet ainsi sans artifices de prendre du recul par les mots doux et puissants d’une réalité qui peut être aussi merveilleuse que terrifiante pour la personne aidée. Le sujet est aussi inépuisable que le nombre de personnes amenées à se rencontrer.

Sombres et lumineuses, ces poésies ne vous laisseront pas indifférent car la personne aidée est une personne si semblable à nous.

PRIX : 18.35 $CA

PAYEZ AVEC LES BITCOINS

%d blogueurs aiment cette page :